Vous possédez un compte Facebook ou Google ?

« Les hommes n'ont pas vraiment leur mot à dire »

>A la une|08 décembre 2009, 7h00|
A la une

VALERIE COLIN-SIMARD, psychologue

Spécialiste de la question féminine, Valérie Colin-Simard a publié « Quand les femmes s'éveilleront » (Pocket).

Comment expliquez-vous ce boom de la chirurgie esthétique ?
Valérie Colin-Simard. Dans les années 1980 à la télé, toutes les présentatrices de journaux avaient les cheveux courts, pas de maquillage, des costumes d'homme. Aujourd'hui, elles affichent toutes les cheveux lâchés, des bijoux et des décolletés pigeonnants… Et n'ont jamais été aussi crédibles ! Qu'est-ce qui s'est passé entre-temps ? Les femmes ont entamé leur deuxième révolution féministe. Après des années passées à se fondre dans le moule masculin pour réussir, elles se sont rendu compte qu'être une femme était un atout. Les magazines ont beau être remplis de mannequins faméliques et androgynes, dans la vraie vie, les femmes aspirent à réintégrer le moule féminin. Et ce n'est pas parce qu'elles se font refaire les seins, ou qu'elles les mettent en valeur, qu'elles renoncent à rentrer dans les conseils d'administration, bien au contraire.

Les seins et les fesses sont quand même des attributs sexuels…
Les seins et les fesses sont des attributs féminins. On aurait tort de n'y voir qu'une question de sexualité : c'est avant tout une question d'identité. Celles qui ont la chance d'en avoir de bien faits naturellement les montrent, les autres se les offrent. C'est une réappropriation des symboles féminins. Une reconquête bien plus qu'une régression ou le signe d'une souffrance, même si, bien sûr, dans le lot, il y a aussi des femmes qui ne sont pas bien dans leur peau. En tout cas, c'est assez révélateur de voir qu'elles se font moins refaire le nez qu'avant : le nez, ce n'est pas un signe de féminité, c'est un signe d'individualité. Et comme les femmes assument désormais d'être ce qu'elles sont, même un drôle de nez peut devenir un atout, du moment qu'elles irradient de féminité.

Oui, mais ne font-elles pas tout ça pour les hommes, au fond ?
Ce n'est pas lié à une pression masculine, et je ne suis pas sûre que les hommes aient vraiment leur mot à dire ! Je crois les femmes sincères quand elles disent qu'elles le font d'abord pour elles-mêmes. Elles ont envie de se plaire, et de plaire tout court. Il ne faut pas y voir un retour en arrière, une nouvelle aliénation aux desiderata des hommes. C'est un cadeau qu'elles se font à elles-mêmes, avec l'argent qu'elles ont gagné. C'est aussi le résultat de leur indépendance financière !

  Le Parisien
il vous reste
5
article(s) à lire
Suivez Le Parisien
Restez branchés à l'actualité
services
Abonnez-vous à l'offre 100% numérique
Profitez du journal à la veille de sa parution
Accédez en illimité à tous les contenus sur tous vos écrans
Découvrez toutes les infos locales
Bénéficiez d'un espace privilégié réservé uniquement aux
abonnés
1/0
MON PROFIL
mon clubmes newslettersmon abonnementmes achatsmon journal
me déconnecter
video
736601
« Les hommes n'ont pas vraiment leur mot à dire »
Spécialiste de la question féminine, Valérie Colin-Simard a publié « Quand les femmes s'éveilleront » (Pocket). Comment expliquez-vous ce boom...
http://www.leparisien.fr/une/les-hommes-n-ont-pas-vraiment-leur-mot-a-dire-08-12-2009-736601.php
2009-12-08T07:00:00+01:00