MON PROFIL
mon clubmes newslettersmon abonnementmes achatsmon journal
me déconnecter

Boeing disparu : les recherches pour retrouver les débris reprendront vendredi

>Faits divers| 20 mars 2014, 7h23 |

 

Treize jours après la disparition le 8 mars du vol MH370 de la Malaysia Airlines qui assurait la liaison Kuala Lumpur-Pékin avec 239 personnes à bord, l'Australie a relancé ce jeudi l'enquête en annonçant la détection de deux «objets» dans le sud de l'océan Indien.

Les deux objets détectés par images satellite, dont l'un fait 24 mètres, sont «probablement la meilleure piste que nous ayons», ont indiqué des responsables australiens. Un espoir pour les familles des passagers après deux semaines de fausses pistes.

En raison d'un manque de visibilité, les recherches ont toutefois dû être interrompues jeudi vers 14h25 heure française. Elles reprendront vendredi.

Revivez les événements de la journée de jeudi :

14h25. Les recherches reprendront à nouveau vendredi. Les autorités australiennes déclarent que les recherches pour tenter de localiser les débris possibles du vol MH370 sont terminées pour cette journée en raison du manque de visibilité. De nouvelles recherches seront relancées au premières heures vendredi.

14h20. Echec des premières heures de recherches. Les autorités australiennes confirment l'échec du premier plan de recherches pour accéder à la zone où les deux «objets» de l'avion disparu ont été observées par les satellites. Tous les avions australiens sont revenus à leur base à Perth sans avoir repéré quelque chose de significatif. Les avions sont incapable de localiser les débris possibles à travers les nuages et la pluie. Les autorités déclarent que d'autres avions vont poursuivre les recherches.

14h05. L'avion de la Navy n'a rien repéré et va modifier sa zone de recherches. L'avion radar spécial P-8 de la Navy n'a rien repéré dans la zone de recherche et «va concentrer ses efforts ailleurs», affirme un journaliste de ABC embarqué dans l'appareil.





13h45. Cinq avions effectuent des rotations. Au total, cinq avions sont déjà opérationnels sur la zone où a été détectées les débris dans le sud de l'océan Indien. Deux Lockheed P-3 Orion australiens et un Orion néo-zéalandais effectuent des rotations de huit heures, ce qui ne leur permet que deux heures de recherches, avant de devoir faire demi-tour pour se ravitailler en carburant. L'US Navy a elle dépêché un Boeing P-8A Poseidon de patrouille maritime et l'Air Force australienne un Lockheed C 130 Hercules de transport, des appareils plus gros. Pour le moment, en raison de conditions météo très défavorables, les recherches restent vaines.

VIDEO. Boeing 777 : des appareils de l'aviation australienne recherchent les débris


13 heures. Les Britanniques en renfort. Un navire militaire britannique a été dépêché dans le sud de l'océan Indien pour se joindre aux recherches du Boeing 777 de la Malaysia Airlines disparu depuis bientôt deux semaines, annonce le ministère de la Défense jeudi. Déjà en patrouille dans l'Océan Indien, le HMS Echo, un navire de 90 mètres spécialisé dans les opérations de recherche, se trouve dans la zone où des débris ont été détectés.

12h35. Un navire norvégien arrive dans la zone des recherches. Un navire norvégien, le St Petersburg, arrive dans la zone de l'océan Indien où des débris, considérés comme provenant peut-être du Boeing 777 de la Malaysia Airlines, ont été détectés, annonce l'armateur Höegh Autoliners. «Le navire est arrivé sur place pour participer aux recherches», déclare Cecilie Moe, une porte-parole de la compagnie norvégienne. Selon un autre porte-parole de la compagnie, Christian Dall, la fenêtre de recherches ce jeudi est cependant limitée. «Dans cette région, le soleil se couche dans environ une heure», dit t-il peu après midi.

Faisant route entre Port-Louis sur l'île Maurice et la ville australienne de Melbourne, le St Petersbourg, navire de transport de véhicules, a été dérouté à la demande des autorités australiennes pour tenter d'identifier les débris détectés par satellite dans le sud de l'océan Indien.

VIDEO. Vol MH370 : des débris possibles repérés au large de l'Australie


12h20. Mise en garde contre tout excès d'optimisme. David Kaminski-Morrow, de la revue spécialisée Flight International, lance lui aussi une mise en garde contre tout excès d'optimisme: «C'est la meilleur piste tout simplement parce que c'est la seule».

12h10. Les deux «objets» ont pu dériver. Les photos satellites des débris ont en effet été prises dimanche ce qui signifie que les «objets» ont pu dériver depuis. Pour le ministre australien de la Défense, David Johnston, c'est un «cauchemar logistique». «Nous sommes dans une région parmi les plus isolées de la planète. En fait, on peut difficilement faire plus isolé», déclare David Johnston à la télévision australienne. Cette région est située dans le sud de l'océan Indien, à 2.500 km au sud-ouest de la ville australienne de Perth (ouest) et les conditions météo étaient très défavorables jeudi avec une faible visibilité qui limitait l'utilité des rotations aériennes.

VIDEO. Débris de l'avion disparu : «Aucune certitude quant à la nature de ces objets»


11h50. L'US Navy Poseidon ne parvient pas à localiser les débris. Le vol de recherches mené dans le sud de l'océan Indien depuis près de dix heures par l'US Navy Poseidon n'a rien donné selon le site de Fox News.




11h35. Une zone difficile à explorer. La zone où ont été repérés les deux possibles débris du vol MH370 n'est pas simple à explorer. D'abord, de nombreux débris convergent vers cette zone de l'océan Indien. Au delà, l'océan est profond de plusieurs milliers de mètres dans ce secteur. Les recherches s'annoncent donc difficiles.

11h20. Les conditions météorologiques ne facilitent pas les recherches. Les autorités australiennes indiquent que les deux débris observés par les satellites n'ont pas encore été localisés dans l'océan Indien. L'Autorité australienne de sécurité maritime (AMSA) déclare que les conditions météorologiques étaient mauvaises avec une visibilité très médiocre en mer.




10h50. La Malaisie juge «crédible» la piste des débris au large de l'Australie. Le ministre des Transports de la Malaisie Hishammuddin Hussein déclare qu'il juge «crédible» la piste des débris au large de l'Australie, dans le sud de l'océan Indien. Il déclare également que deux avions malaisiens, un avion américain et un autre japonais sont actuellement mobilisés pour parvenir à localiser ces débris qui pourraient être liés au vol MH370.

VIDEO. MH370: la Malaisie juge "crédible" la piste dans l'océan Indien


VIDEO. Débris de l'avion disparu: «aucune certitude quant à la nature de ces objets»


10h45. Conférence de presse des autorités malaisiennes. Les autorités malaisiennes tiennent actuellement une conférence de presse à Kuala Lumpur pour faire le point sur les avancées de l'enquête.



10 h30. L'enquête sur la disparition du vol MH370 passionne les internautes. Le nombre de tweets échangés sur le Boeing 777 de la Malaysia Airlines et les recherches en cours sur Twitter est resté presque constant depuis le 10 mars, deux jours après l'annonce de la disparition, selon les statistiques de Topsy. Mercredi, plus de 160 000 tweets ont été postés sur le hashtag #MH370.

10h05. Le Premier ministre malaisien informé des recherches. Réunion d'urgence entre le Premier ministre malaisien Najib Razak et son ministre de la Défense. Les deux hommes veulent échanger après les informations livrées jeudi par le Premier ministre australien Tony Abbott sur la découvertes de deux objets pouvant être liés au vol MH370 de la Malaysia Airlines.




VIDEO. Vol MH370: découverte en Australie de débris peut-être liés au Boeing


9h20. Les autorités chinoises se préparent au pire. Les autorités chinoises se préparent au pire dans la ville de Beijing après la détection de deux débris dans l'océan Indien par des satellites australiens. Le personnel médical et la police arrivent aux abords de l'hôtel Lido où les proches des passagers du vol MH370 de la Malaysia Airlines sont réunis depuis la disparition de l'avion. Celia Hatton la journaliste de la BBC indique voir des dizaines de policiers et au moins cinq ambulances devant l'hôtel.




La journaliste de la BBC précise qu'un père de famille présent à l'hôtel veut croire que son fils est encore en vie et refuse d'accepter la possibilité d'un crash du Boeing 777 où 153 citoyens chinois étaient présents.




8h50. Cinq navires de commerce se déroutent sur la zone de recherches. Selon l'Autorité australienne de sécurité maritime (AMSA), cinq navires de commerce ont répondu à l'appel des autorités australiennes. Ces cinq navires se dirigent actuellement vers la nouvelle zone des recherches où ont été localisés les débris par les satellites.

VIDEO. Des débris du Boeing repérés? «Plausible», pour un ancien pilote


8h45. Les débris repérés à 2 300 km au sud-ouest de Perth. Le directeur général de la sécurité maritime John Young australien fourni une mise à jour de la vidéo de l'opération de recherches le mercredi, qui montre que la zone initiale de recherches au large de l'Australie, d'une superficie de 600.000 km², a été réduite à environ 300 000 kilomètres carrés et est déplacée désormais à 2300 km au large des côtes de Perth. C'est dans cette nouvelle zone que les deux débris qui peuvent être liés au vol MH370 ont été détectés par les satellites australiens.



VIDEO. Boeing 777 : l'Autorité australienne de sécurité maritime (AMSA) a détecté deux débris


8h35. Avions et navires convergent vers la nouvelle zone de recherches. Un avion militaire Orion est envoyé pour examiner de plus près les objets détectés, et trois autres appareils suivent. L'avion américain Poseidon et deux aéronefs de la Nouvelle-Zélande font également route vers la nouvelle zone des recherches. L'Australie pourrait recevoir le soutien d'autres pays pour conduire les recherches dans le sud de l'océan Indien.




8h20. «Des informations d'une grande importance» selon le ministère chinois des Affaires étrangères. Le ministère chinois des Affaires étrangères indique «attacher une grande importance» aux informations de Canberra et précise que la Chine se tient «prête à agir de façon adaptée en fonction de ces dernières circonstances».

Dans l'hôtel de Pékin où se déroulent les réunions entre proches et responsables de Malaysia Airlines, l'annonce de la possible localisation de débris du vol MH370 est reçue avec des sentiments mitigés, sans alléger l'insupportable tension liée à l'attente. «Nous attendons, nous continuons simplement à attendre», confie Zhao Chunzeng, l'un de ces proches. «J'espère que toutes les personnes qui avaient embarquées sont vivantes», déclare de son côté Wen Wancheng, dont le fils se trouvait à bord du Boeing.

VIDEO. Malaisie : messages de soutien aux passagers disparus du vol MH370


7h55. «Chaque piste représente un espoir» déclare le ministre malaisien des Transports. Critiquée pour sa gestion de la crise, son opacité et ses informations contradictoires, la Malaisie insiste sur la nécessité de vérifier la nature des objets repérés dans le sud de l'océan Indien, à quelque 2.500 km au sud-ouest de la ville australienne de Perth. «Chaque piste représente un espoir», déclare le ministre malaisien des Transports, Hishammuddin Hussein. Mais «nous devons être cohérents. Nous voulons vérifier, nous voulons corroborer», déclare t-il.



7h30. Un des objets fait 24 mètres. Un des deux objets détectés par les satellites australiens fait 24 mètres explique John Young, responsable de l'Autorité australienne de sécurité maritime (AMSA). «Les objets sont relativement flous. Ce sont des objets d'une taille certaine, probablement dans l'eau, plongeant sous la surface et remontant» par intermittence, ajoute t-il, en précisant: «Le plus grand (des deux objets, NDLR) ferait 24 mètres. L'autre est plus petit».

La zone où les débris ont été retrouvés



7h05. «La meilleure piste que nous ayons» indiquent les responsables australiens. «C'est une piste, probablement la meilleure piste que nous ayons pour le moment, mais il faut que nous nous rendions sur place (...) pour savoir si cela vaut quelque chose ou non», déclare un responsable de l'Autorité australienne de sécurité maritime (AMSA), John Young, lors d'une conférence de presse.

6h10. Le Premier ministre australien parle d'une «localisation difficile» des objets. Après l'annonce de la découverte par les satellites australiens de deux objets «éventuellement liés» au vol MH370, Tony Abbott prévient qu'il ne faut pas tirer de conclusion hâtive. «Nous devons garder à l'esprit que la localisation de ces objets sera extrêmement difficile et il pourrait s'avérer qu'ils ne sont pas liés au vol MH370», dit-il.

5h30. Un avion envoyé pour examiner les objets détectés. Un avion est envoyé pour examiner de plus près les objets détectés, et trois autres appareils doivent suivre. Le Premier ministre australien Tony Abbott ne précise pas la localisation de ces objets, mais l'Australie conduit les recherches dans le sud de l'océan Indien.

Le vol MH370 assurant la liaison Kuala Lumpur-Pékin avec 239 personnes à bord, dont deux tiers de Chinois, s'est volatilisé peu après son décollage le samedi 8 mars à 00H41 (17H41 vendredi heure française). Le changement de cap, vers l'ouest, soit l'opposé de la trajectoire prévue, et la désactivation apparemment délibérés des systèmes de communication de l'avion ont placé les pilotes au centre de l'enquête, bien que les investigations menées jusqu'ici n'aient pas été probantes.

4h35. Le Premier ministre australien évoque la découverte de «deux objets». L'Autorité australienne de sécurité maritime a reçu des informations «nouvelles et crédibles», «basées sur des données satellitaires, d'objets qui pourraient être liés aux recherches», déclareTony Abbott devant le parlement. «Après analyse de ces images satellitaires, deux objets éventuellement liés aux recherches ont été identifiés», ajoute t-il.

1h35. La recherche du Boeing disparu est une «priorité absolue», pour Obama. Le président américain Barack Obama assure mercredi que la recherche du Boeing disparu de la Malaysia Airlines était une «priorité absolue» pour les Etats-Unis, qui a mis à disposition tous les moyens possibles pour le rechercher. «Je veux qu'ils (les proches des passagers, ndlr) soient sûrs que nous considérons cela comme une priorité absolue», déclare le président, en adressant ses pensées et ses prières aux familles et aux proches des passagers du vol 370 de Malaysia Airlines, dans une première déclaration sur cette disparition.

«Nous avons mis tous les moyens dont nous disposions à la disposition du processus de recherche» de l'avion, ajoute t-il, dans une interview depuis la Maison Blanche à la chaîne de télévision de Dallas au Texas (sud) KDFW. «La coopération avec le gouvernement malaisien est étroite», précise t-il.

0h20. le FBI analyse le simulateur de vol du pilote. Le gouvernement de Malaisie demande au FBI d'analyser les dossiers électroniques qui avaient été effacés le mois dernier de ce simulateur de vol, confirme un responsable américain sous couvert de l'anonymat mercredi soir. Les autorités espèrent ainsi que les experts de la police fédérale pourront récupérer les données détruites et éventuellement les faire parler.

VIDEO. Vol MH370: pas de passager suspect, «données effacées»


Le pilote du vol MH370 Kuala Lumpur-Pékin, qui s'est volatilisé avec 239 personnes à bord, possédait chez lui son propre simulateur de vol mais les enquêteurs malaisiens ont constaté qu'une partie de ses données avait été effacée début février. Le commandant Zaharie Ahmad Shah, 53 ans, pilotait le Boeing 777-200 qui a disparu peu après son décollage de Kuala Lumpur après avoir été délibérément détourné de son plan de vol initial.

VIDEO. Vol MH370 Malaysia Airline, un mystère, de nombreuses pistes


CHRONOLOGIE INTERACTIVE. Aviation : un siècle d'énigmes. Utiliser les flèches à droite et à gauche pour avancer ou reculer dans la chronologie. Crédit : T.d.L.



Faits divers
il vous reste
5
article(s) à lire
Suivez Le Parisien
Restez branchés à l'actualité
services
1/0Un avion militaire Orion a été envoyé jeudi par l'Australie pour examiner de plus près les deux objets détectés dans l'océan Indien, et trois autres appareils suivront.