MON PROFIL
mon clubmes newslettersmon abonnementmes achatsmon journal
me déconnecter

Disparition d'Estelle Mouzin : la piste Fourniret relancée

>Faits divers| 21 mai 2010, 7h00 |
Trois scellés oubliés vont peut-être permettre de relancer l'enquête sur la disparition d'Estelle Mouzin, 9 ans, le 9 janvier 2003 à Guermantes (Seine-et-Marne). Alors que l'enquête est au point mort, l'avocat de la famille vient de demander à la juge d'instruction de Meaux (Seine-et-Marne), Aïda Traoré, en charge de ce dossier, d'expertiser trois scellés figurant au dossier du tueur en série Michel Fourniret.  Il s'agit de morceaux de lacets blancs et de gants noirs.
C'est en examinant la liste complète des éléments fournis par les autorités judiciaires belges après l'arrestation de Fourniret, 67 ans, à son domicile de Sart-Custinne (Belgique), que l'avocat de la famille d'Estelle qui était aussi partie civile au procès Fourniret qui s'est tenu à Charleville-Mézières au mois de mars 2008 a relevé ces « éléments troublants ». En effet, le jour de sa disparition, Estelle Mouzin portait des bottes blanches à doubles lacets, également blancs. Quant aux gants noirs, ils sont mentionnés sur l'avis de recherche de l'enfant.

Ne rien négliger

Ces pièces n'ont jamais été exploitées. « Une expertise dira si, oui ou non, elles appartiennent bien à la tenue que portait Estelle Mouzin et, si oui, pourquoi on les retrouve au domicile du couple Fourniret », explique M e Didier Seban, l'avocat de la famille de l'écolière.
«Il ne faut rien négliger. Chaque piste dans ce dossier est suivie, même si beaucoup se sont révélées infructueuses. Le juge d'instruction ne laissera pas sans réponse cette initiative », souligne Christian Girard, le procureur de Meaux. Le magistrat veut cependant éviter « tout emballement prématuré » en évoquant les diverses pistes qui ont conduit jusqu'ici la justice dans l'impasse. 
L'hypothèse Michel Fourniret a déjà été évoquée dans l'affaire Estelle Mouzin. Une photographie de la fillette avait d'ailleurs été retrouvée sur le disque dur de l'ordinateur portable du tueur en série, ainsi que l'enregistrement de journaux télévisés parlant de l'enfant. Mais cette piste a « déjà été balayée » par la police judiciaire, réplique Me Pierre Blocquaux, l'un des avocats du tueur.

Faits divers
il vous reste
5
article(s) à lire
Suivez Le Parisien
Restez branchés à l'actualité
services
1/0La fillette a disparu le 9 janvier 2003 à Guermantes en Seine-et-Marne, alors qu'elle était âgée de 9 ans.