Vous possédez un compte Facebook ou Google ?

Parrainages : le sprint final de Marine Le Pen

>Présidentielle 2012>Présidentielle 2012 - Candidats>Présidentielle 2012 - Personnalités - Marine Le Pen| Olivier Beaumont|12 mars 2012, 7h31 | MAJ : 12 mars 2012, 15h06|

Nanterre (hauts-de-seine), samedi. Téléphone en main, les membres de la cellule parrainage (dont Jean-Michel Dubois, au fond, le trésorier de la campagne) restent mobilisés.

(LP/MARC MENOU.)
Olivier Beaumont
Présidentielle 2012 - Personnalités - Marine Le PenMarine Le PenFront nationalMichel Guiniotmaireparrainage

Vendredi soir à 18 heures, la course aux 500 parrainages sera officiellement close. Au Front national et chez certains autres candidats, le compte n’y est toujours pas.

«Obtenir un parrainage, c’est comme un accouchement : une vraie torture! Mais une fois qu’on l’a, on oublie la souffrance que ça a été », s’épanche Yann Le Pen, la sœur de Marine, les traits tirés après des heures passées à relancer les maires au téléphone. Comme elle, ils sont une trentaine de cadres du Front national à avoir sacrifié leur week-end pour être à Nanterre (Hauts-de-Seine), au siège du parti, afin « de donner les derniers coups de collier qui permettront à Marine Le Pen, on l’espère, d’être candidate à la présidentielle », souligne Michel Guiniot, directeur opérationnel de la cellule parrainages. « C’est la dernière ligne droite, on n’a plus le choix, dit-il. Tout le monde est mobilisé, à Paris comme en province, dans les bureaux et sur le terrain. » Le parti peut aussi compter sur une société extérieure de phoning recrutée pour appeler les maires en urgence, et qu’il rémunère 25000 € par semaine!

Car, comme en 2002 et en 2007, la course contre la montre est engagée pour recueillir les dernières signatures. La présidente du FN n’a plus que cinq jours, jusqu’à vendredi 18 heures, pour réunir les 500 parrainages nécessaires et déposer les derniers formulaires au Conseil constitutionnel. Hier soir, selon nos informations, il ne lui en manquait plus qu’une dizaine. « Sachant qu’il faut toujours se donner une marge d’au moins trente parrainages supplémentaires », glisse régulièrement Marine Le Pen.

« Bonjour monsieur le maire, je vous appelle dans le cadre de la campagne présidentielle. Avez-vous déjà donné votre signature à un candidat? » interroge Rachel, salariée du FN, venue en renfort samedi dans le Bocal, cette pièce d’une trentaine de mètres carrés où sont installées des lignes téléphoniques. « On va finir par avoir un cancer des oreilles ! » ironise un des « téléphonistes ». Sur son bureau, Rachel pointe un à un les noms d’une cinquantaine d’élus du Lot-et-Garonne qu’elle détient sur une liste fournie par Michel Guiniot. La récolte est maigre. « Cela fait déjà deux heures que je passe des appels. Mais pour le moment, aucune touche », dit la jeune femme. Une touche? « Dans notre jargon, ça veut dire un rendez-vous, explique Wallerand de Saint-Just, porte-parole de la candidate, lui aussi sur le pont. La signature surprise au bout du fil, c’est rare. Il faut encore aller les convaincre sur le terrain. »

« Vendredi dernier, j’ai obtenu une touche avec un maire du Val-d’Oise, explique Jean-Michel Dubois, trésorier de la campagne. Je suis allé le rencontrer l’après-midi et il m’a fallu encore une heure et demie pour le persuader. C’était dur, mais il a finalement dit oui et on a terminé la conversation en s’appelant par nos prénoms! »

« Les dernières signatures sont les plus difficiles à décrocher », affirme Guiniot qui, chaque jour, se rend au Conseil constitutionnel pour déposer les nouveaux parrainages. « Le problème, c’est que certains formulaires sont retoqués pour une histoire de majuscule ou encore de tampon manquant. Mais on ne nous dit pas lesquels! Donc, il nous est impossible de relancer les maires concernés ensuite », bougonne-t-il.

Présidentielle : soyez les premiers informés des résultats dans votre ville


Olivier Beaumont  Le Parisien
il vous reste
5
article(s) à lire
Suivez Le Parisien
Restez branchés à l'actualité
services
Abonnez-vous à l'offre 100% numérique
Profitez du journal à la veille de sa parution
Accédez en illimité à tous les contenus sur tous vos écrans
Découvrez toutes les infos locales
Bénéficiez d'un espace privilégié réservé uniquement aux
abonnés
1/1

Nanterre (hauts-de-seine), samedi. Téléphone en main, les membres de la cellule parrainage (dont Jean-Michel Dubois, au fond, le trésorier de la campagne) restent mobilisés.

MON PROFIL
mon clubmes newslettersmon abonnementmes achatsmon journal
me déconnecter
article
1901705
Parrainages : le sprint final de Marine Le Pen
«Obtenir un parrainage, c’est comme un accouchement : une vraie torture! Mais une fois qu’on l’a, on oublie la souffrance que ça a été », s’épanche...
http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/candidats/le-sprint-final-de-marine-le-pen-12-03-2012-1901705.php
2012-03-12T07:31:00+01:00
http://s1.lprs1.fr/images/2012/03/12/1901363_d2ffaf3a-6bcc-11e1-9a0f-00151780182c.jpg
2012,parrainages,sprint,final,de,marine le,pen